De cinq à sept d’Olivia Koudrine

de cinq à sept

De cinq à sept d’Olivia Koudrine

Éditions Le Cherche Midi

Sortie le 07/06/2018

Note : 4/5


 

Charlotte, Fanny, Gislaine et Simone sont quatre femmes que rien n’est destiné à réunir. Charlotte est une parisienne branchée qui aime la mode et retrouver son jeune amant, Arthur. Fanny est une jeune mère célibataire, qui se débat au quotidien pour trouver un sens à sa vie et se faire respecter par son adolescent de fils. Gislaine est une femme travailleuse et le centre d’une petite famille que tout le monde semble oublie. Simone est une veuve de 75 ans, qui revit depuis la mort de son époux, un homme qui l’emprisonnait dans sa maladie de tout contrôler. Mais quand la vie s’en mêle, sera-t-il bon d’avoir un commun un incident de parcours…

Olivia Koudrine signe ici un roman tout autant original par sa forme que osé par son fond.
Nous nous plongeons dans le quotidien de ses 4 femmes, à certaines dates très précises de l’année, et toujours entre 17 et 19 heures. Alors qu’elles ne se connaissent pas, ne se fréquentent pas, et qu’elles ne se croiseront jamais, nous, lecteurs, les suivons pas à pas dans leurs joies, leurs amours et leurs souvenirs.

Comme pour beaucoup de gens, le présent est un temps rare. Il a disparu au profit du passé, du futur. Le réapprendre n’est possible que s’il vous comble.

Mais si certaines se croient intouchables, et d’autres déjà attaquées par la vie, elles vont devoir affronter une terrible mal : le cancer du sein.
Et c’est là où Olivia Koudrine touche et blesse, car elle fait de ce quotidien léger une série de rendez-vous médicaux, de termes sombres et angoissants, de petits moments qui s’effilochent…
Si chacune de ces 4 femmes prend de plein fouet cette annonce de la maladie, elles vont la gérer différemment. Entourée ou non, l’affrontant de face ou tentant de l’oublier, elles auront toutes à vivre avec ce mal qui les ronge, cet horrible crabe qui met à mal leur féminité et qui fait de leur image un tableau difficile, voire impossible, à tolérer…

Mastectomie. En un mot, il lui a dit : on va vous enlever le sein, comme dit on va enlever une verrue, un grain de beauté, un point noir. Le sein ou la vie.

Je remercie infiniment NetGalley et les Éditions du Cherche Midi pour leur confiance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s