La fille qu’on appelle de Tanguy Viel

La fille qu’on appelle de Tanguy Viel

Editions de Minuit

Sortie le 02/09/2021

Note : 4/5


 

Max le Corre vit comme sur un ring de boxe : il reçoit des coups autant qu’il en donne. Chauffeur pour le maire de la ville, il n’hésite pas à lui demander d’aider sa fille, de retour après plusieurs années loin de lui. Il ne sait pas qu’il vient de déclencher un séisme, et que ce combat sera le dernier…

Avec son écriture particulière, incisive, directe, essentielle, Tanguy Viel nous entraîne ici dans une histoire tristement d’actualité. Abus de pouvoir, emprise, sexe, politique… Mais Tanguy Viel a son univers, sa façon bien à lui de dépeindre une ambiance, des personnages.

Comme sur un ring de boxe, terrain connu de Max, on commence par s’échauffer. Une plongée dans cette petite ville de province, en bord de mer se dessine. Puis on fait connaissance avec les adversaires.
Max, ancien boxeur, a connu des jours sombres. Il est devenu le chauffeur de le Bars, maire de la ville. Ce dernier, aux ambitions démesurées, ne rêve que de Paris et ses ministères. Tout aurait pu continuer ainsi, sans amitié réelle ni haine cachée…

Mais Laura, la fille de Max, revient vivre auprès de lui. Elle est jeune, belle, mystérieuse et porte dans son ombre un passé sulfureux. Il n’en faut pas plus à Le Bars pour jeté son dévolu sur cette proie facile.
Sans défense, Laura ne cherchera pas à lutter. Elle est totalement enveloppée dans cette emprise, avec un sentiment à la fois de dégoût mais aussi de fierté. Comment démêler ce qu’elle croit devoir faire, ce qu’elle pense être bien ou juste et ce qu’elle aurait du refuser, rejeter dès le départ…

Quand le combat est lancé, personne ne peut plus reculer. Chacun donne des coups, avec ses propres armes, et chacun en reçoit, avec plus ou moins de courage…

Nous sommes spectateurs de ce match, de cette injustice, de cette manipulation… Mis KO, nous soutenons le perdant, nous le félicitons en silence de sa force et de sa détermination… Et nous condamnons le prédateur…

7 réflexions sur “La fille qu’on appelle de Tanguy Viel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s