Pleine terre de Corinne Royer

Pleine terre de Corinne Royer

Editions Actes Sud

Sortie le 18/08/2021

Note : 4/5


 

Dans l’habitacle de sa vieille Volvo, au milieu des arbres ou au cœur de la clairière de son adolescence, Jacques Bonhomme cherche à retrouver ce qui l’anime, ce qui fait de lui un homme. Les gendarmes le cherchent et l’attendent depuis 9 jours. Ces ombres veulent le faire passer pour ce qu’il n’est pas : un fou à enfermer, un homme violent qui court à l’affrontement… Il n’est pourtant qu’un simple paysan, à qui on a tout pris, qu’on a mis plus bas que terre et qu’on veut faire taire…

Pleine terre est un roman qui remue. Qu’il s’agisse de la force de son histoire, de l’humanité de son écriture, de son attachement à une dure réalité ou aux regards émouvants qui le ponctuent, c’est un roman qui vous prend au ventre, vous enserre et ne vous lâche plus.

Corinne Royer signe ici un récit tout aussi dur que touchant, aussi lumineux que sombre, aussi doux qu’effrayant… Elle nous offre les derniers jours de Jacques Bonhomme, un paysan voué à sa terre, ses bêtes, sa ferme. Un agriculteur écrasé par une administration lourde et sans âme. Un homme qui perd sa dignité et le sens de son combat quand il se voit arracher tout ce qu’il possède.

Dans le flot des évènements survenus à la ferme des Combettes, il s’était senti ballotté comme un vulgaire bout de bois.


La voix des voisins, des amis de longue date, des sœurs, retentit au milieu de ce chaos. Elle explique, elle raisonne, elle soutient et cherche à apaiser. Mais elle est bien trop fragile pour stopper la machine terrible qui est en marche. Jacques Bonhomme ne peut plus reculer…

C’est en homme à genoux, démuni, dépouillé, qu’il s’enfuit de sa ferme. C’est en homme debout, libre et digne qu’il quittera le monde. Ce monde dans lequel il ne reconnaissait plus les valeurs qu’il chérissait : une agriculture juste, à l’écoute et où chacun trouve sa place et puise ses forces…

Ce qu’il obtenait, c’est la terre qui consentait à le lui donner, et seul le prix qu’elle réclamait lui convenait, celui de la sueur et de la patience chevillée au corps.

14 réflexions sur “Pleine terre de Corinne Royer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s