Les envolés d’Etienne Kern

Les envolés d’Etienne Kern

Editions Gallimard

Sortie le 26/08/2021

Note : 4/5


 

En février 1912, Franz Reichelt s’élance du premier étage de la tour Eiffel, son costume-parachute sur le dos. Voilà des années qu’il travaille sur son invention, pensant remporter le prix Lalance de 10 000 francs. Mais au-delà de la gloire, du succès et de l’argent, c’est avant tout pour sauver les nouveaux aviateurs, et la mémoire de son meilleur ami, que ce tailleur autrichien dessine, coud et expérimente un costume qui les détournera de la mort. Alors qu’il croit en son projet, les fantômes de sa vie l’accompagnent vers sa chute. Franz Reichelt ira jusqu’au bout, sur cette rembarde de fer, se jetant dans le vide pour l’éternité…

Cette vidéo, en noir et blanc, floue, brouillée, silencieuse, est le point de départ du premier roman d’Etienne Kern. Cet homme, qu’on a filmé, qu’on n’a pas retenu, qu’on a même encouragé, est l’image de ses cauchemars. Ce rêveur, ce tailleur généreux et foncièrement bon, est l’étoile filante dans le ciel de ces premières années du XXème siècle.

Alors que tous les regards sont tournés dans les airs, que les aéroplanes laissent la place aux avions, aux inventions de toutes sortes, Franz Reichelt veut offrir au monde un espoir de survie.
Encombré de son passé, des absents, des silences et des secrets, il n’aura de cesse d’éclairer son présent par des souvenirs enfouis. Une robe sur un mannequin, une photo au fond d’un tiroir, un amour regretté… Franz Reichelt fait revivre ses inachevés…

Les gens que nous aimons, nous ne pouvons rien pour eux.

Un roman où une douce poésie côtoie la mémoire, l’amour et l’amitié. Une histoire qui place nos envolés au cœur de notre monde…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s