Le mardi sur son 31 #13

noeud papillon

Ce rendez-vous hebdomadaire a été proposé par Les Bavardages de Sophie. Il s’agit tout simplement de proposer une citation de la page 31 de sa lecture en cours…


Je me suis rendu compte que Georges était tout ce que j’avais toujours voulu être. Il était intelligent (dix-neuf en maths pour un DM qu’il avait fait en à peine trois heures), avait une bonne tête, était apprécié de tout le monde, avait confiance en lui. Le stéréotype du gars cool.

Citation tirée du roman d’Illana Cantin, Georges, le monde et moi

Georges-le-monde-et-moi

 

Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu

CVT_Leurs-enfants-apres-eux_2834

Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu

Éditions Actes Sud

Sortie le 22/08/2018

Note : 4/5


 

La vie est compliquée à Heillange, une petite ville industrielle de l’Est de la France. Une fois les Hauts Fourneaux fermés, il ne reste plus grand chose aux habitants… Anthony, Hacine, Steph et les autres s’accrochent à ce qu’ils peuvent : les pétards, les bières et les histoires de coeur. Mais les étés ne suffisent pas à adoucir le reste de l’année et la vie s’étire, grise et terne…

Je ne cours pas après les prix littéraires. Et ce n’est pas l’obtention du Goncourt 2018 qui m’a fait ouvrir le roman de Nicolas Mathieu mais bien les critiques qu’on peut lire ici et là. Et il aurait été bien dommage de passer à côté !

Leurs enfants après eux est un roman social, l’histoire somme toute banale d’une ville de France qui voit ses usines fermées les unes après les autres, qui ne peut que constater le désœuvrement de ses adolescents et qui ne peut empêcher cette morosité ambiante.

Suivre Anthony, Hacine, leurs parents, leurs amis et leurs conquêtes sur 4 étés est une manière judicieuse de relier une petite histoire dans la grande. Chacun à sa manière subit cette France des inégalités et cherche à en sortir.
Mais vouloir changer les choses ne suffit pas. Un père qui boit, un travail qui n’épanouit pas, une fille qui ne vous regarde pas, une image dans le miroir qui ne plait pas et le monde devient alors bien trop triste pour vouloir se battre…

Ce roman est une part de notre histoire, un fil tendu entre nous et un passé pas si lointain. C’est la vie qui s’effiloche et qui laisse les moins chanceux sur le bord de la route… Mais c’est aussi la nostalgie des années 1990 et la France de Zidane qui redonne l’espoir que tout est possible…

Avec Zidane, de toute façon, la France pouvait tout, il suffisait d’y croire.

Un roman avec une histoire forte, des personnages touchants et vrais et une écriture parfaite qui nous entraîne dans les mots justes de l’auteur… Une réussite !!

Le finaliste du Grand Prix des blogueurs littéraires 2018 est…

Logo-Grand-Prix_HD

Les 387 participants ont voté. Et avec 20% des voix, c’est Olivier Liron avec son fabuleux roman, Einstein le sexe et moi, qui l’emporte cette année !!

einstein

Suivent ensuite Une longue impatience de Gaëlle Josse et Le Lambeau de Philippe Lançon.

Les avez-vous lu ? Ces prix vous poussent-ils à les découvrir ? Je n’ai lu que Einstein le sexe et moi mais je compte bien lire les 2 autres…

C’est lundi, que lisez-vous ? #12

livre lundi

J’ai pu voir sur de nombreux blogs ce rendez-vous hebdomadaire. Le principe est simple, chaque lundi, on répond à 3 petites questions :

  1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
  2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
  3. Que vais-je lire ensuite ?

Vous pouvez suivre l’ensemble des participants sur le blog de Camille – I believe in pixie dust


Voici donc mes réponses en ce 17 décembre 2018 :

  1. J’ai lu 1 très bon roman jeunesse en duo avec mon fils, Le faucon déniché, ainsi que le roman dont le film a reçu la palme d’or à Cannes cette année, Une affaire de famille
  2. Cette semaine, je suis en train de lire Leurs enfants après eux. Je ne suis pas sûre de le terminer aujourd’hui mais vous aurez la chronique en ce début de semaine…
  3. Pour la semaine prochaine, je pense lire Le soldat inconnu vivant ainsi que Georges, le monde et moi

CVT_Leurs-enfants-apres-eux_2834

Et vous, que lisez-vous en ce moment ? Bonne semaine et bonnes lectures à tous, rendez-vous pris pour lundi prochain !!

Le faucon déniché de Jean-Côme Noguès

000363696

Le faucon déniché de Jean-Côme Noguès

Editions Pocket Junior

Sortie le 10/04/1998

Note : 4/5


 

Martin est un jeune gardeur d’oie. A 12 ans, il ne désire qu’une seule chose : posséder son propre faucon. Mais cela lui est interdit, seul le seigneur a le droit de les élever. Ils sont dressés pour la chasse.Quand Martin déniche un jeune faucon tombé du nid, il y voit enfin un compagnon de jeu, qu’il cache dans une ferme en ruine et à qui il apprend à chasser pour se nourrir et voler ensuite en toute liberté. mais le maître fauconnier le découvre, récupère le faucon et enferme Martin en prison. Que vont-alors devenir les deux amis ?

J’ai lu ce roman jeunesse en duo avec mon fils. Et ce fut une très bonne lecture !!

Les chapitres courts donnent du rythme au récit. Martin est un jeune garçon de12 ans, en qui il est facile pour nos jeunes lecteurs de s’identifier.
Martin vit de manière simple, entouré de sa famille et qui a le désir de posséder un compagnon de jeu. Il veut surtout un faucon qui n’aura pas à subir les règles dures et cruelles des fauconniers de l’époque : la chasse.

Celui qui a connu la cellule ne goûte qu’en tremblant une liberté menacée.

J’ai trouvé ce roman bien écrit, avec une histoire prenante et touchante. Martin est un personnage auquel on s’attache rapidement.
L’auteur dépeint très bien la façon de vivre au Moyen-Age, les lois qui s’appliquent et la puissance du seigneur.

Un roman sympathique et instructif pour des jeunes de 10/12 ans…

 

 

challenge Jeunesse Young Adult #8

1/50 – La montagne noire de Maria

2/50 – Dancers de Jean Philippe Blondel

3/50 – Eliza et ses monstres de Francesca Zappia

4/50 – Le chevalier au bouclier vert d’Odile Weulersse

5/50 – Clean de Juno Dawson

6/50 – Le petit prince de Harlem de Mikaël Thévenot

7/50 – Love, Simon de Becky Albertalli

8/50 – Le faucon déniché de Jean-Côme Noguès

Throwback Thursday Livresque #7

retour2

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous retrouve pour le Throwback Thursday Livresque, rendez-vous lancé par BettieRose Books. Si vous ne connaissez pas la définition de ce rendez-vous, le principe est simple :

Ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres ! Comme nous « revenons en arrière », il s’agit de livres déjà lus. Sauf exception de thème.

Le thème de la semaine est hiver :

Le premier livre auquel j’ai pensé est un roman dont la sortie date de 2009, écrit par un auteur français que j’aime énormément,  Harold Cobert. Il s’agit d’ Un hiver avec Baudelaire

un-hiver-avec-baudelaire-65245-264-432

Je n’avais encore ni compte Babelio, ni blog à l’époque de cette lecture et je ne l’ai donc jamais chroniqué. Mais c’est un roman profondément humain, très émouvant et avec l’écriture si fine et juste d’Harold Cobert.

C’est un auteur que j’ai par la suite eu la chance de rencontrer en dédicace et il est à l’image de ses mots : à la fois touchant et drôle, sympathique et plein d’humour…

index

Je ne peux que vous conseiller de partir à sa découverte…

Connaissez-vous ce roman, cet auteur ? A la semaine prochaine !!


Prochain thème :

Jeudi 20 décembre – Ambiance Noël ou Nouvel An

 

Le mardi sur son 31 #12

noeud papillon

Ce rendez-vous hebdomadaire a été proposé par Les Bavardages de Sophie. Il s’agit tout simplement de proposer une citation de la page 31 de sa lecture en cours…


S’il n’avait pas claqué tout son blé à la fête foraine et au Metro, il aurait pu se payer des sapes décentes. Il faut dire que jusque là, les problèmes de garde robe ne l’avaient guère tourmenté. Mais depuis peu, il avait vu les conversations prendre un tour inhabituel au bahut. Les mecs se montaient la tête pour une paire de Torsion ou un t-shirt Waikiki. Contemplant sa malheureuse dégaine dans le miroir, il se promit de faire des économies

Citation tirée du roman de Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux

CVT_Leurs-enfants-apres-eux_2834