Une affaire de famille de Hirokazu Kore-Eda

Une-affaire-de-famille

Une affaire de famille de Hirokazu Kore-Eda

Éditions JC Lattès

Sortie le 28/11/2018

Note : 3/5


 

Dans un quartier de Tokyo, dans une maison minuscule entourée d’immeubles, vit une famille qu’on peut qualifiée de bancale ! Un couple, une demi-sœur et un jeune frère se serrent autour de la grand-mère. Quand ils viennent en aide à une petite fille maltraitée, c’est avec générosité et amour qu’ils partagent le peu qu’ils possèdent. Mais combien de temps tiendront-ils ?

Les liens choisis étaient les plus forts. Elle en était persuadée.

A l’image de l’écriture pudique de l’auteur, je ne dévoilerai que peu de détails sur l’histoire de ce roman et sur les personnages attachants. Cela ne ferait qu’enlever le charme de ce petit livre…

Tout en images et en senteurs, le quotidien de cette famille est constitué de peu. Mais l’amour, qui est souvent là pour panser des plaies encore à vif, est d’une profonde richesse.

J’ai aimé la sincérité qui se dégage des mots de l’auteur, pesés et posés précisément, avec minutie. J’ai aimé l’image forte de la famille qui se dessine au fil des pages, dans son courage comme dans ses fragilités.

Merci à NetGalley et aux Éditions JC Lattès pour leur confiance.

C’est lundi, que lisez-vous ? #12

livre lundi

J’ai pu voir sur de nombreux blogs ce rendez-vous hebdomadaire. Le principe est simple, chaque lundi, on répond à 3 petites questions :

  1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
  2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
  3. Que vais-je lire ensuite ?

Vous pouvez suivre l’ensemble des participants sur le blog de Camille – I believe in pixie dust


Voici donc mes réponses en ce 17 décembre 2018 :

  1. J’ai lu 1 très bon roman jeunesse en duo avec mon fils, Le faucon déniché, ainsi que le roman dont le film a reçu la palme d’or à Cannes cette année, Une affaire de famille
  2. Cette semaine, je suis en train de lire Leurs enfants après eux. Je ne suis pas sûre de le terminer aujourd’hui mais vous aurez la chronique en ce début de semaine…
  3. Pour la semaine prochaine, je pense lire Le soldat inconnu vivant ainsi que Georges, le monde et moi

CVT_Leurs-enfants-apres-eux_2834

Et vous, que lisez-vous en ce moment ? Bonne semaine et bonnes lectures à tous, rendez-vous pris pour lundi prochain !!

Camarade Papa de Gauz

Camarade Papa de Gauz

Éditions Le nouvel Attila

Sortie le 24/08/2018

Note : 1/5


La Côte d’Ivoire… C’est le point de rencontre des deux histoires de ce roman. La première est celle de Dabilly, un français qui se rend dans ce pays d’Afrique pour fuir sa ferme à la mort de ses parents. La seconde raconte la vie d’un enfant d’origine africaine et qui vit à Amsterdam avec ses parents.

Leur regard se croise malgré les années qui les séparent. le colonialisme, le communisme, le commerce et les tribus d’Afrique noire sont autant de thèmes abordés par Gauz dans ce roman qui l’a laissé sur le bord de la route…

L’écriture m’a paru compliqué, fouillie et notamment pour les passages avec l’enfant qui empreinte le vocabulaire communiste de ses parents…

Merci cependant à NetGalley et aux Éditions le nouvel Attila pour leur confiance.

Love, Simon de Becky Albertalli

love-simon-9782016269626_0

Love, Simon de Becky Albertalli

Editions Hachette Romans

Sortie le 30/05/2018

Note : 3/5


 

Simon est un adolescent de 17 ans qui à Shady Creek, dans la banlieue d’Atlanta. Élève au lycée, il est entouré par ses amis de toujours, Nick et Leah, et de nouveaux venus comme Abby. Sa vie est plutôt tranquille mais quand il fait la connaissance de Blue, via le réseau anonyme Trumblr, les mails quotidiens qu’ils s’envoient devient vite une activité addictive. Peut-il tomber amoureux d’un garçon qu’il n’a jamais vu ? Et quand son homosexualité est exposé au grand jour, comment gérer le regard des autres ? Simon n’a alors d’autre obsession que de connaître l’identité de son amoureux secret…

Love, Simon est un roman jeunesse qui traite de manière directe les thèmes de l’homosexualité et les difficultés adolescentes de l’assumer et la dévoiler. Malgré un entourage aimant et sécurisant, c’est avant tout à soi de s’accepter.

La narration est parfois un peu lente mais la recherche qu’entreprend Simon pour découvrir qui est le garçon avec qui il échange des mails depuis des mois redonne du rythme au récit.

Cette lecture n’aura pas été désagréable mais je n’en garderais pas de grand souvenir…

Je remercie NetGalley et les Éditions Hachette Romans de leur confiance.

 

challenge Jeunesse Young Adult #8

1/50 – La montagne noire de Maria

2/50 – Dancers de Jean Philippe Blondel

3/50 – Eliza et ses monstres de Francesca Zappia

4/50 – Le chevalier au bouclier vert d’Odile Weulersse

5/50 – Clean de Juno Dawson

6/50 – Le petit prince de Harlem de Mikaël Thévenot

7/50 – Love, Simon de Becky Albertalli

(En)quête d’amour d’Émilie Gruyelle

417G+RAGZkL._SX195_

(En)quête d’amour d’Émilie Gruyelle

Auto édité

Sortie le 26/05/2018

Note : 3,5/5


 

Emma est une trentenaire active, libre et heureuse. Un soir de réveillon, poussée par la pression familiale, elle prend la résolution de trouver le mari idéal. Entourée de ses deux meilleures amies, elle va multiplier les démarches, les recherches et les rencontres. Mais à trop vouloir provoquer son destin, elle risque bien de passer à côté…

Quand Emilie Gruyelle m’a contacté pour lire et chroniquer son roman, je me suis empressée de lui répondre favorablement. La littérature feel good n’est pas ce que je lis le plus mais j’aime m’y plonger de temps en temps.

Et j’ai passé un très bon moment aux côtés d’Emma. Cette jeune femme est dans l’air du temps : elle fait un métier qu’elle aime, sort avec ses amies, est proche de sa famille et vit seule. Sans la pression sociale qui la pousse à se marier et fonder une famille, elle pourrait se laisser porter ainsi. Mais son entourage a raison de son célibat : elle se met en tête de trouver l’âme soeur.

L’écriture est agréable, enjouée et rythmée. Peut être un peu trop, c’est le seul point négatif de ce roman. J’ai trouvé que certains passages n’étaient pas assez creusés. Mais l’histoire est prenante, légère et on se prête à sourire en lisant certaines pages…

Un roman qui se lit d’une traite et qui laisse comme un petit goût du bonheur…

Le mardi sur son 31 #11

noeud papillon

Ce rendez-vous hebdomadaire a été proposé par Les Bavardages de Sophie. Il s’agit tout simplement de proposer une citation de la page 31 de sa lecture en cours…


J’en avais marre du célibat, des copines qui vous regardent de travers parce que vous êtes encore seule, des diners de couples qui se font sans vous, comme si vous étiez contagieuse.

C’était l’occasion de changer tout ça.

Citation tirée du roman d’Émilie Gruyelle, (En)quête d’amour

417G+RAGZkL._SX195_

 

Le petit prince de Harlem de Mikaël Thévenot

51PAoKbL5HL._SX195_

Le petit prince de Harlem de Mikaël Thévenot

Editions Didier Jeunesse

Sortie le 22/08/2018

Note : 5/5


Quand Sonny entend les notes d’un saxophone, couché dans le minuscule appartement de Harlem qu’il partage avec sa mère, les larmes lui viennent. A 14 ans, il ne comprend pas les souvenirs qui lui reviennent en mémoire, bercés par le son de l’instrument. Alors qu’il se bat pour survivre, Sonny va devenir le petit prince de Harlem et s’envoler très haut…

Ma mère, elle n’avait pas besoin de me dire qu’elle m’aimait. C’était écrit dans ses yeux. Et son sourire, son regard plein de tendresse, ils étaient gravés en moi comme les lignes au creux de mes mains.

Enfant, j’ai été musicienne. Mais jamais les notes ne m’ont émue comme à su le faire l’histoire de Sonny…

L’âme n’a ni âge ni couleur, vous savez. Et pour faire chanter un instrument, une âme, c’est tout ce dont on a besoin.

Mikaël Thévenot écrit avec beaucoup de douceur sur le monde si dur de Harlem, ses ghettos, ses gangs et le racisme ambiant. Les mots sont à l’image des mélodies du saxophone de Sonny : légers, vibrants et harmonieux.
On marche sur les pas de cet enfant, sorti bien trop tôt de l’enfance pour aider sa mère et faire face aux lignes entre Blancs et Noirs, qu’il ne faut pas franchir… Si la musique adoucit son quotidien, et embellira sa vie, il n’en reste pas moins un garçon meurtrit par l’injustice de la couleur de peau…

J’étais déjà noir à l’époque. Tout comme ma mère. Et comme nos voisins. Ainsi que tout le reste de Harlem, ou presque. En 1927, les couleurs de peau étaient particulièrement bien rangées.

Merci à Babelio et aux Éditions Didier Jeunesse pour l’envoi de ce roman.

masse_critique
Un très beau et touchant roman jeunesse, à faire découvrir !!

 

challenge Jeunesse Young Adult #8

1/50 – La montagne noire de Maria

2/50 – Dancers de Jean Philippe Blondel

3/50 – Eliza et ses monstres de Francesca Zappia

4/50 – Le chevalier au bouclier vert d’Odile Weulersse

5/50 – Clean de Juno Dawson

6/50 – Le petit prince de Harlem de Mikaël Thévenot