Le petit-fils de Nickolas Butler

CVT_Le-petit-fils_3653

Lepetit-fils de Nickolas Butler

Éditions Stock

Sortie le 08/01/2020

Note : 4/5


 

Lyle et Peg forment un couple uni. La vie aurait pourtant pu les séparer. le chagrin surtout. Ils ont perdu leur enfant alors âgé de 9 mois. Mais Shiloh est apparue. Un bébé que sa mère ne voulait garder. Alors Lyle et Peg ont ouvert leur cœur et accepté ce cadeau du ciel… Quelques années plus tard, Shiloh est mère à son tour et elle a offert un petit-fils à ses parents : Isaac. Il fait le bonheur de cette famille, jusqu’au jour où le ciel se mêle à nouveau de leur destin… Mais cette fois, pas pour le meilleur…

Je lis Nickolas Butler depuis son premier roman, Retour à Little Wing. J’ai de suite adhéré à son écriture, son univers… le petit-fils est une fois encore une réussite.

Ce roman est une plongée dans l’Amérique des petites villes, traversées par une nationale, avec ses boutiques tout du long, une rivière où se croisent pêcheurs et vacanciers. C’est une virée au cœur de foyers généreux, aimants et chaleureux.

Mais c’est aussi une descente aux enfers. Celle de parents impuissants face à la dérive sectaire de leur fille. Parce que l’Eglise et la foi que suit Shiloh est belle et bien un enfermement aveugle et étouffant. Malgré un entourage présent et sécurisant, elle va se laisser entraîner dans une histoire de guérison et de sauveur qui vont mettre en danger la vie de son fils. Sans qu’elle ne voit clair, sans qu’elle ne décide de le sauver, sans qu’elle n’accepte la main tendue de son père…

On est bien sûr entièrement attaché à ce grand-père. Cet homme solide qui a décidé de ne pas sombrer à la mort de son fils, mais qui ne croit plus en Dieu. Cet homme qui perd l’amour de sa fille mais qui ne lui tournera jamais le dos. Cet homme qui cherche encore et toujours un signe…

Le petit-fils est un merveilleux roman. Dur par son histoire, lumineux par son écriture. Ne passez pas à côté de cet auteur et de ses personnages… Il vous manquerait ce petit supplément d’âme dont on cherche la chaleur à chaque page, nous, simples lecteurs…