Tant qu’il reste des îles de Martin Dumont

Tant qu’il reste des îles de Martin Dumont

Editions Les Avrils

Sortie le 03/2021

Note : 5/5


Il était une fois une île… Une île qui vivait ses derniers jours en solitaire, sans attache, sans lien avec la terre ferme. Une île qui portait son petit monde, rempli d’amitié, de rêves et d’amour aussi. Une île qui voyait s’ériger un pont, ses piliers de béton et la mort lente de son ferry…

Voilà… J’ai fermé la dernière page de ce roman en me disant qu’il n’était finalement pas si difficile d’être encore plus enthousiaste qu’avant de l’avoir ouvert. Parce que j’étais conquise bien avant tout cela.

Martin Dumont est un conteur. Un vrai.
Quand enfant vous vous laissez bercer par la voix de l’adulte qui vous lit une histoire, plonger dans celles de Martin Dumont procure les mêmes sensations… Il y a ses mots, ses odeurs, ses mélodies, et ses silences aussi. Il y a son univers, son atmosphère et ses rêves d’humanité.

Léni, Karim, Marcel et tous les autres sont des hommes que le trait d’union entre leur île et le continent affole ou intrigue. Ils ont leur courage, leur ténacité, et leurs fragilités. Ils ont les mots qu’ils disent et tous ceux qu’ils taisent… Ils ont ce grand cœur qui fait battre le notre.

Ce deuxième roman est une pépite. Un petit bijou de sentiments, d’émotions et de sensations. A l’image du chien de Schrödinger, Martin Dumont nous offre des personnages attachants et émouvants… L’écriture est toute en subtilité, en poésie, en pudeur aussi…

Aux fées des 68, merci… Il est des rencontres qui ne s’expliquent pas, qui se vivent et se chérissent…


#12-22 Sélection 2021 des 68 premières fois