Le mardi sur son 31 #6

noeud papillon

Ce rendez-vous hebdomadaire a été proposé par Les Bavardages de Sophie. Il s’agit tout simplement de proposer une citation de la page 31 de sa lecture en cours…


Le seul truc pour lequel j’étais un peu doué, c’était l’apnée. Je pouvais retenir ma respiration assez longtemps. D’ailleurs, la seule et unique fois où j’avais eu un avant-goût de ce que pouvait bien être le frisson de la performance sportive, c’était quand j’avais fait toute la longueur sous l’eau en cours de natation. Ça avait impressionné tout le monde. Quand j’étais remonté à la surface à l’autre bout de la piscine, personne n’avait rien dit. Silence total. Ils avaient tous eu à reprendre leur respiration à mi-chemin. Bien que je n’aie sauvé la vie de personne ni fait quoi que ce soit d’important, et bien que j’aie toujours détesté les types qui bombent le torse, j’avais rejoint la classe en me sentant héroïque ce jour-là, en tongs (je laissais une paire à chaque bout de la piscine), et j’avais compris avant même d’arriver au petit bassin que si j’avais été doué d’un réel talent quelconque, j’aurais sans doute été un vrai salopard.

Citation tirée de Isidore et les autres de Camille Bordas.

isidore

De cinq à sept d’Olivia Koudrine

de cinq à sept

De cinq à sept d’Olivia Koudrine

Éditions Le Cherche Midi

Sortie le 07/06/2018

Note : 4/5


 

Charlotte, Fanny, Gislaine et Simone sont quatre femmes que rien n’est destiné à réunir. Charlotte est une parisienne branchée qui aime la mode et retrouver son jeune amant, Arthur. Fanny est une jeune mère célibataire, qui se débat au quotidien pour trouver un sens à sa vie et se faire respecter par son adolescent de fils. Gislaine est une femme travailleuse et le centre d’une petite famille que tout le monde semble oublie. Simone est une veuve de 75 ans, qui revit depuis la mort de son époux, un homme qui l’emprisonnait dans sa maladie de tout contrôler. Mais quand la vie s’en mêle, sera-t-il bon d’avoir un commun un incident de parcours…

Olivia Koudrine signe ici un roman tout autant original par sa forme que osé par son fond.
Nous nous plongeons dans le quotidien de ses 4 femmes, à certaines dates très précises de l’année, et toujours entre 17 et 19 heures. Alors qu’elles ne se connaissent pas, ne se fréquentent pas, et qu’elles ne se croiseront jamais, nous, lecteurs, les suivons pas à pas dans leurs joies, leurs amours et leurs souvenirs.

Comme pour beaucoup de gens, le présent est un temps rare. Il a disparu au profit du passé, du futur. Le réapprendre n’est possible que s’il vous comble.

Mais si certaines se croient intouchables, et d’autres déjà attaquées par la vie, elles vont devoir affronter une terrible mal : le cancer du sein.
Et c’est là où Olivia Koudrine touche et blesse, car elle fait de ce quotidien léger une série de rendez-vous médicaux, de termes sombres et angoissants, de petits moments qui s’effilochent…
Si chacune de ces 4 femmes prend de plein fouet cette annonce de la maladie, elles vont la gérer différemment. Entourée ou non, l’affrontant de face ou tentant de l’oublier, elles auront toutes à vivre avec ce mal qui les ronge, cet horrible crabe qui met à mal leur féminité et qui fait de leur image un tableau difficile, voire impossible, à tolérer…

Mastectomie. En un mot, il lui a dit : on va vous enlever le sein, comme dit on va enlever une verrue, un grain de beauté, un point noir. Le sein ou la vie.

Je remercie infiniment NetGalley et les Éditions du Cherche Midi pour leur confiance.

C’est lundi, que lisez-vous ? #6

livre lundi

J’ai pu voir sur de nombreux blogs ce rendez-vous hebdomadaire. Le principe est simple, chaque lundi, on répond à 3 petites questions :

  1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
  2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
  3. Que vais-je lire ensuite ?

Vous pouvez suivre l’ensemble des participants sur le blog de Galleane.


Voici donc mes réponses en ce 15 octobre 2018 :

  1. La semaine passée, j’ai lu quatre romans de la rentrée littéraire, Lucky Boy, Le calame noirMiss Sarajevo  et Deux stations avant Concorde. J’ai également lu La montagne noire dans le cadre de mon challenge Jeunesse Young Adult (Cliquez sur les titres pour lire mes chroniques).
  2. Cette semaine, je suis en train de lire De cinq à sept en partenariat avec NetGalley et les Éditions Le Cherche Midi. Un roman à la construction particulière qui meplait beaucoup !!
  3. J’ai ensuite prévu de lire cette semaine Sept larmes au creux de la mer envoyé par NetGalley, que je repousse depuis 1 mois maintenant, ainsi que Made in Trenton roman de la rentrée littéraire en partenariat avec NetGalley. J’espère aussi pouvoir lire Brexit Romance.

Et vous, que lisez-vous en ce moment ? Bonne semaine et bonnes lectures à tous, rendez-vous pris pour lundi prochain !!

La montagne noire de Maria Jalibert

la montagne noire

La montagne noire de Maria Jalibert

Éditions Didier Jeunesse

Sortie le 19/09/2018

Note : 4/5


 

Rémi est un jeune garçon recueilli par son oncle et sa tante suite au décès brutal de ses parents. Le couple a conscience de la tristesse et de l’enfermement de Rémi et décide de l’envoyer en colonie pour qu’il s’ouvre aux autres et se fasse des amis. Mais cela paraît bien difficile pour le petit garçon et il se sent transparent… Tant et si bien qu’il va se perdre dans la forêt lors d’une sortie et que personne ne viendra le chercher…

Voici un petit roman jeunesse fort réussi !! L’écriture de Maria Jalibert est vive, rythmée et elle donne vie à ce petit garçon avec beaucoup de justesse.
Chaque enfant pourra s’imaginer dans cette forêt, vivre les aventures de Rémi, frémir avec lui dans l’obscurité et se prendre d’amitié pour Sonia et Daisy la jument et ses yeux tendres.

L’histoire amènera les plus jeunes à prendre confiance, à croire en leurs capacités et devenir plus autonome dans leurs activités et leurs réflexions. Les adultes, même effacés, sont tout de même présent à la fin pour entourer les enfants de leur amour et de leur sécurité.

J’ai trouvé cette histoire touchante, sans être triste et je me plairais à lire de nouvelles aventures de la collection Mon Marque Page.

Ce roman est à mon avis plutôt adressé à des enfants à partir de 8/9 ans.

Un grand merci à NetGalley et aux Éditions Didier jeunesse pour leur confiance.

challenge Jeunesse Young Adult #8

1/50 – La montagne noire de Maria Jalibert

Deux stations avant Concorde de Peire Aussane

Deux-stations-avant-Concorde

Deux stations avant Concorde de Peire Aussane

Éditions Michalon

Sortie le 30/08/2018

Note : 3/5


 

Alors qu’elle est seule dans le métro parisien, Eve croise le regard d’un homme qui la désarme. Une rencontre du hasard qui va bouleverser la vie qu’elle mène, entourée de ses 2 enfants et d’Antoine, l’homme de sa vie. Une rencontre qui va soulever les voiles qui assombrissent parfois son quotidien, qui pèsent sur ses épaules depuis si longtemps… trop longtemps…

C’est une fois de plus grâce aux 68 premières fois que je découvre cette jolie plume que possède Peire Aussane. Pour ce premier roman, elle nous entraine dans les pas d’une jeune femme perdue dans une vie sans réelle consistance, comme prisonnière d’un léger brouillard.
Sans être malheureuse, Eve sent un manque, un vide… Elle se sait habitée par le souvenir de sa grand-mère, exilée au Japon bien avant sa mort. Et quand elle décide, sur un coup de tête de partir pour Tokyo, elle ne pense pas trouver ce qu’elle ne croyait pas chercher…

Nous sommes constitués en partie de ce qui s’est joué dans la vie de nos aïeux. C’est une sorte d’héritage involontaire et inconscient. C’est même plus que cela. C’est une part de nous, une infime partie de chacune de nos cellules qui nous constituent et nous font penser, agir ou ressentir. Or, cette part de nous qui nous vient du passé pèse parfois si lourd qu’elle entrave notre existence et rend difficile l’accès à notre nature profonde.

Au delà des réponses, c’est la liberté, la force d’exister et le souffle léger qu’elle emporte avec elle, pour ne plus les laisser s’échapper.

Chaque pas est une victoire, car le miracle est toujours là. Ce miracle d’être présente, de ne pas rêver d’ailleurs et d’autrement, de se suffire, d’être émerveillée.

Une écriture fine, toute en douceur, avec un travail méticuleux sur les personnages, donnent à ce premier roman une teinte de bonheur simple… Un joli moment de lecture !

68 premières fois

Miss Sarajevo d’Ingrid Thobois

miss sarajevo

Miss Sarajevo d’Ingrid Thobois

Éditions Buchet Chastel

Sortie le 23/08/2018

Note : 3/5


 

Joachim a 44 ans. Il vient d’apprendre le décès de son père, qu’il n’a pas vu depuis de très nombreuses années. Cette perte le laisse totalement orphelin. Il n’a plus personne, il est seul… Seul avec ses questions, ses doutes, ses angoisses et ses fantômes. Alors il se souvient, alors qu’il avait à peine 20 ans, de son premier voyage dans un pays en guerre : les 2 mois passés à Sarajevo en 1993 l’ont marqués à jamais…

Il n’y a rien à comprendre à la psychologie d’un tueur. Il n’y a pas de psychologie du tueur. Il y a un conflit dont les nations européennes s’excusent au motif qu’elle serait ethnique

Dans ce roman qui mêle à la fois les époques, les pays et la Grande Histoire, Ingrid Thobois nous plonge dans les douleurs infligées par autrui, subies et dépassées.

Le père de Joachim et Viviane était cet homme à l’affût, posté en lisière d’une famille qu’il avait construite comme malgré lui, ou bien par accident, et qu’il regardait souvent comme un corps étranger, une greffe à sa vie.

Quelles soient dues à la guerre, comme pour la famille que rencontre Joachim à Sarajevo, ou en raison du silence et des non-dits familiaux, les blessures sont ici profondes. Chacun doit alors puiser en lui la force de les panser.
Joachim tente de combler les silences par les bruits des obus, cherche à faire taire ses acouphènes au milieu des bombes… Comment apprendre à vivre dans le manque perpétuel d’amour, de parents, de gestes tendres et de paroles déculpabilisantes et rassurantes ?

D’abord perçue comme exotique, sa vie professionnelle l’a éloigné de ses connaissances aussi bien que des amis, jusqu’à l’en séparer tout à fait. De leur curiosité n’est vite resté qu’n ennui poli, et réciproquement – les voyages, comme les enfants, assomment ceux qui ne les ont pas faits.

Un roman fort, tout en pudeur, où résonne le son des coups qui blessent mais ne tuent pas…

Merci à NetGalley et aux Éditions Buchet Chastel pour leur confiance.

Throwback Thursday Livresque #4

retour2

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous retrouve pour le Throwback Thursday Livresque, rendez-vous lancé par BettieRose Books. Si vous ne connaissez pas la définition de ce rendez-vous, le principe est simple :

Ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres ! Comme nous « revenons en arrière », il s’agit de livres déjà lus. Sauf exception de thème.

Le thème de la semaine est l’écureuil :

(un livre pour lequel on a économisé, ou un personnage économe ou encore mettant en scène un écureuil, dans le texte ou sur la couverture. Dérivés acceptés : les noisettes)

tbtl201841

J’ai eu un peu de mal à trouver le roman que je voulais vous présenter… J’achète assez peu de livres, je suis plutôt médiathèque (eh oui, budget oblige !!). Et depuis mon inscription sur NetGalley, j’avoue que ma liseuse se remplit plus que je n’osais l’espérer !!

Mais après un petit tour en librairie ce matin, je me suis offert le dernier roman de Clémentine Beauvais

brexit romance

Cette une auteur que je suis, que je lis, que je recommande… Et son dernier roman, sorti le 22 août, me faisait de l’œil depuis longtemps !! Ce sera donc ma prochaine lecture…

Connaissez-vous ce roman, cette auteur ? Si ce n’est pas le cas, je ne peux que vous encourager à ouvrir un de ses romans !! A la semaine prochaine !!


Prochain thème :

Jeudi 18 octobre – Super méchant